Au sommaire du numéro 105 de Kadath
  • Pour l’île de Pâques et pour ses habitants, la seconde moitié du XXe siècle a été une période de changements, et même de bouleversements. Dès 1965, le film de Francis Mazière, Fantastique île de Pâques, a fait connaître ce bout de terre au monde entier. Depuis lors, les choses n’ont fait que s’accélérer et aujourd’hui, la petite population autochtone de l’île (2500 âmes) croule littéralement sous un tourisme de masse qui voit affluer 60.000 visiteurs par an sur un territoire de quelque 162 km².
    Si de nombreuses expéditions et campagnes de fouilles permettent à présent de mieux cerner son passé, la célèbre écriture rongorongo inscrite principalement sur des tablettes en bois demeure une énigme, malgré de faux espoirs – répétés et entretenus par une certaine presse – de résolution du problème par le miracle de l'informatique.
    La question avait été abordée dans Kadath voici fort longtemps déjà et il était temps d'aller y revoir de plus près. C’est chose faite grâce à ce numéro spécial entièrement assuré par Lorena Bettocchi, qui étudie le proto-polynésien et les écritures de l’île de Pâques depuis près de vingt ans. Reconnue comme une spécialiste du rongorongo, Lorena Bettocchi présente un vaste panorama des recherches en cours ainsi que ses propres travaux, mis à jour et restructurés pour Kadath.

  • Autre grand mystère archéologique abordé dans ce numéro : l’île de Pâques. C’est un spécialiste de l’île, Louis Cruchet, qui nous emmène à la découverte d’un type de structure pascuane dont on entend rarement parler : les pipi horeko. Dans le cadre de ses nombreuses études sur le terrain, l’auteur a pu constater l’intérêt archéoastronomique d’un grand nombre de sites. En particulier, l’analyse approfondie des structures nommées pipi horeko amènent Louis Cruchet à la conclusion que leur orientation pourrait être en rapport avec le cycle de l’homme-oiseau.

  • Au sommaire : - l’histoire de l’île à travers celle du rongorongo, - les axes de la recherche future en matière d’écriture, - un chant de la fin du XIXe siècle évoquant le souvenir d’un maître en écritures, - une nouvelle lecture du chant Atua mata riri de l’initié Ure-vae-iko, “Dieu en colère, me voit”, - une étude inédite sur le prestigieux “bâton de Santiago”, - le contenu astronomique de la tablette Mamari, - la liste complète des objets rongorongo dans le monde.
    “Pour lire un extrait, cliquez ici”

     
     © Patrick Ferryn
         
     
     © Miguel Angel Azoca