Au sommaire du numéro 99 de Kadath
  • A la recherche de Kadath... A nos membres, à nos lecteurs.
    “Pour lire ce texte, cliquez ici”

  • La fascination pour la construction des grandes pyramides égyptiennes a toujours existé. Et il y a de quoi lorsqu’on considère les difficultés soulevées par le gigantisme de tels chantiers. Il se pourrait toutefois que la construction de certaines pyramides ait été moins difficile que prévu. C’est ce que pense Joël Bertho : avec la collaboration de trois géologues, il démontre que, par une exploitation judicieuse — et ingénieuse — des ressources du terrain, le volume des pierres nécessaires à la l’édification de la pyramide de Khéops a pu être diminué de manière importante.

  • L’archéologie acoustique est une jeune discipline qui nous permet de jeter un autre regard sur les monuments et lieux sacrés, qu’il s’agisse de grottes décorées ou de mégalithes. Comme l’explique Jean-Marc Bélot, ces endroits ont été conçus pour amplifier les sons produits, et augmenter ainsi l’effet des rituels.


    Un des éléments caractéristiques du cercle de pierres d’East Aquorthies (Ecosse).

  • Est-il bien nécessaire d’aller chercher des preuves de l’Atlantide aux confins de la terre, alors qu’elles se trouvent peut-être à notre porte ? C’est la question que pose Jacques Gossart dans un article qui analyse les travaux du géologue et préhistorien Jacques Collina-Girard. Ce dernier croit en effet pouvoir assimiler l’Atlantide de Platon à un archipel, aujourd’hui submergé, situé à l’ouest de Gibraltar. En complément à cet article, Pierre Carnac donne son avis de spécialiste sur cette théorie.

  • Qui a peuplé les Amériques ? Et Quand ? Pendant longtemps, la réponse à ces questions a paru extrêmement simple aux américanistes : les premiers Amérindiens étaient venus de Sibérie par la Béringie, il y a 12.000 ans. Mais, ainsi que le démontrent Ivan Verheyden et Dominique Prost dans un dossier très complet consacré au peuplement du Nouveau Continent, de nombreuses découvertes faites au cours des dernières décennies nous obligent à reconsidérer entièrement le problème. Et aujourd’hui, certains n’hésitent pas à se tourner vers la vieille culture européenne de Solutré pour trouver réponse à ces passionnantes questions.


    Reconstitution par dermoplastie du visage d’un Amérindien fossile, vieux de 600 ans (à gauche),
    comparé à celui de la momie de Spirit Cave, de 10.600 ans (à droite).

  • A noter encore dans ce numéro : la critique de deux livres : « Les Peuples de la Mer et leur histoire » et « La Bible dévoilée ».