Pour éviter à l’avenir les risques de suppression d’un type de papier, Gérard Deuquet propose d’adopter une couverture blanche. Et si les titres et le dessin restent en noir, la couleur – imprimée cette fois – apparaît en fond de l’illustration ; une couleur différente à chaque numéro, ainsi clairement identifié.

Changement toutefois à partir du numéro 31 : le fond blanc, jugé un peu fade, est remplacé par un fond noir, la titraille supérieure apparaissant en blanc.

En même temps que cette évolution vers la couleur, Gérard va adopter une technique différente pour le dessin : les points font désormais place aux traits.